Tarte aux abricots et aux spéculoos

Cher ami lecteur,

La dernière fois qu’on s’est parlé, je crois que j’envisageais de faire des pommes dauphines.

C’est d’ailleurs pendant que je recherchais sur le net une recette que je pourrais pomper honteusement pour la reposter ici, que j’ai reçu un coup de téléphone qui a quelque peu bouleversé mon emploi du temps.

J’ai laissé tomber mes pommes dauphines et je suis donc devenue (une connasse de) parisienne.

Alors, bon ok, ça fait maintenant un an et demi que ça dure, je dis pas que j’ai pas eu des projets pour ce blog (une tarte à la rhubarbe dont j’ai écrit les ¾ de la recette l’été dernier) (ou un gâteau au chocolat que j’ai fait pour une soirée à laquelle j’étais pas invitée et dont Docfusion a ensuite dit partout que c’était lui qui l’avait fait) (par exemple), mais à chaque fois, un coup du sort a fait que j’ai pas pu poster.

Mais aujourd’hui, j’ai été au marché, j’ai acheté (je sais pas pourquoi, la joie de les revoir sûrement) 1 bon kg d’abricot (j’ai déjà acheté un bon kilo de cerises hier en plus) (bon c’est harmonieux dans l’assiette), aussi, j’ai décidé qu’il était temps de faire

 

Une tarte aux abricots

 

(en plus ça fait un petit hommage à Michel qui est très tarte, comme chacun le sait) (tarte dans le sens qu’il aime les tartes, pas qu’il est tarte lui-même, hein) (Michel qui d’ailleurs ne me #ff plus depuis des mois mais je lui pardonne car il a des responsabilités familiales).

La recette

1/ Alors, pour faire cette tarte, en préambule, il faut boire une bière (surtout si, comme moi, tu as pas trop de matos de cuisine). (Tu vas voir tu vas comprendre) (je rappelle qu’avec moi, on n’hésite pas à se servir de son marteau pour cuisiner).

2/ Ensuite tu réunis les ingrédients :

  • 50 grammes de beurre mou
  • ½ cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel
  • 125 grammes de farine (celle de ta cuisine, on va pas s’emmerder avec les T quelque chose, c’est pas mon style)
  • 1 sachet de levure
  • de l’eau tiède

(tout ça c’est pour la pâte)

  • 5 à 6 spéculoos
  • des abricots bien mûrs, (moi je crois que j’en ai mis 7 bien dodus dans ma tarte, par exemple)
  • Un peu de sucre roux (c’est facultatif)

 

Au delà de ça, c’est pas très compliqué, j’appréhendais un peu de faire la pâte car j’ai eu des mauvaises expériences, mais en vrai ça se passe bien.

1/ Tu mets la farine, le beurre coupé en petits dés, l’huile d’olive, la levure et le sel dans un grand saladier.

Tu remues un peu à la cuillère histoire que les petits mroceaux de beurre commencent à s’imprégner de farine.

2/ Tu ajoutes de l’eau tiède en petit filet, un petit peu, tu remues toujours. (ca s’émiette comme au crumble)

3/ Tu remets un peu d’eau, tu n’hésites pas à y mettre les mains, tu malaxes en ramassant bien la farine qui traîne, et hop, c’est fait : tu as une boule de pâte d’un côté et un saladier vierge de poudre de farine de l’autre côté.

4/ Sur un morceau de papier cuisson, tu poses ta boule, et là tu attrapes ta bouteille de bière vide ( un ton rouleau à pâtisser si tu es riche et que tu as une grande cuisine, moi tu m’excuses mais j’ai 25 m2 pour vivre, alors je m’encombre pas d’objets qui ne peuvent pas servir à au moins deux choses différentes).

tarteabricots

5/Tu étends bien pour ta pâte pour qu’elle fasse la surface de ton moule à tarte (ou de ton plat qui va au four si, comme moi, tu n’as pas de moule à tarte)(c’est pas que ça sert pas comme le rouleau, mais je me suis servi de mon moule pour faire du jardinage)(polyvalence des objets, toujours).

6/ Tu mets ta pâte dans le plat (avec le papier cuisson, malin)(j’apprends de mes erreurs)

7/ Tu écrases tes spéculoos, tu répands sur le fond de tarte,

tarteabricots2

8/ Tu ouvres tes abricots, tu enlèves le noyau, tu les poses sur le fond de tarte, tu saupoudres avec tes spéculoos, ton sucre roux, et tout ce qui te passe sous la main et que tu te dis que c’est une bonne idée, c’est comme ça qu’on fait bien la cuisine.

9/ Tu mets au four, là par contre je peux pas trop t’aider pour la durée et le thermostat, car mon four est tout pourri. (Pour te dire j’ai mis la tarte au début du moment où j’ai commencé à rédiger ce post et là ca cuit toujours).

Voilà, c’est pas très dur, quand même, et normalement c’est bon.

(enfin j’espère).

La prochaine fois, je vous parlerai peut-être de mes vacances en Grèce (où on met de l’aneth dans à peu près tout), ou de ma théorie sur la géographie de la saucisse (la saucisse grecque, comme la saucisse lisboète, n’est pas très bonne, ce qui laisse penser que la saucisse ne supporte pas bien le sud)(mais dans ce cas, par où passe la frontière nord-sud de la saucisse ? Voilà un mystère dont personne ne parle).

A plus.

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Dessert, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.