recette de saison: confiture de citrouille

J’avais envie depuis des mois de m’essayer à la confiture de citrouille. Heureusement, et contrairement à ce qu’on croit habituellement, la saison des courges ne se limite pas au mois d’octobre mais commence dès le mois d’août et s’étire jusqu’au printemps (pour peu que votre dealer habituel ait de la réserve et une cave à la bonne température)(un peu comme les pommes et les pommes de terre, en somme).

Il existe différentes variétés de courge (potiron, potimarron, butternut, spaghetti, …), j’avais envie de tester une recette avec la variété orange et ronde de type « carrosse de Cendrillon ». Hasard du googlisage, je suis tombée sur cette recette de la Cuisine des Frangines (une copine!), que j’ai reprise et adaptée au contenu de mes placards.

 

Ingrédients

  • 1,4 kg de citrouille: enlever les pépins (vous pouvez les laver/sécher/saler pour les servir à l’apéro – ou les mettre au compost); bien laver la citrouille et râper la peau (oui, elle cuit facilement et peut être mélangée avec la chair; en confiture, on ne voit même pas la différence); coupez la chair en morceaux.
  • 800g de sucre de canne
  • 1 gousse de vanille: fendre au couteau et gratter les grains pour qu’ils se mélangent bien au reste de la préparation.
  • les grains de 8 gousses de cardamome écrasées
  • 4 étoiles d’anis étoilé (badiane)
  • le zeste d’environ une orange (j’ai triché et utilisé du zeste en sachet de supermarché que j’avais au congélateur)
  • un bâton de cannelle cassé en deux

 

Quantité de confiture obtenue avec ces quantités: un grand pot et trois moyens. Pas mal sans être excessif.

 

 

Réalisation

Mélangez tous les ingrédients dans votre plus grande casserole et laissez macérer au moins une demi-journée à température ambiante. Ça rend tellement de jus que vous n’aurez plus qu’à mettre le mélange à cuire tel quel sans ajouter de liquide.

Pour la cuisson, comptez 30 à 40 minutes de gros bouillons en remuant  sans cesse (ou presque sans cesse). Pendant ce temps, pensez à stériliser vos pots en les faisant bouillir 10 minutes dans de l’eau.

Sortez votre casserole du feu et enlevez les épices, avant de (attention astuce) passer le reste du mélange au tamis et d’écraser à la fourchette les derniers morceaux de courge non encore délités. Il ne reste plus qu’à mettre en pots!

 

 

Résultat

Une confiture à la couleur ambrée qui sent l’Avent et rappelle un peu la confiture d’orange (le zeste! le zeste!). Peut-être un peu trop chargée en épices pour certains palais, mais complètement d’actualité par temps gris et froid d’hiver. Sur une bonne tranche de pain aux céréales, dans une tarte entre la pâte et les fruits ou simplement avec un peu de yogourt nature: miam!

 

Alors, ça vous donne envie?

 

 

Fiche technique (évaluations de * à ***)

Difficulté: **

Temps nécessaire: ** (jusqu’à 24h si vous optez pour la macération longue, 1 heure si vous coupez et confiturez à la filette)

Energie grise: ** (ah, le sucre de canne d’outre-atlantique)

Déchets: * (1/2 sachet non recyclable de zeste d’orange; épices compostables; c’est tout!)

Conservation: ** (si bien stérilisé, se conserve plusieurs mois dans un endroit sombre et frais)

 

 

 

mlle-cassis est lausannoise et s’excuse d’avance si elle utilise parfois des termes barbares de patois pour s’exprimer. Elle tient un blog « créatif et coloré », le sirop à vélo (qui ne parle ni de sirop ni de vélo), ainsi qu’un blog « local et de saison », le premier pas (qui pourrait parler de sirop ou de vélo, mais pas pour l’instant parce que pas pour l’instant).

Cet article a été publié originellement le 15.02.13 sur le blog du premier pas dans la rubrique « recette du mois ». 

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Dessert, Gouter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.