Poulet sauce moutarde-estragon et risotto aux champignons

Amis des plats qui vous donnent envie de piquer du nez et de saucer l’assiette, bonsoir!

Pour mon 1er post sur Il est pas bon mon jambon, j’ai décidé de partager avec vous LE plat que je fait quand j’ai envie de cuisiner un peu mais que je n’ai pas du tout d’inspiration. Attention ça ne veut pas dire que ce n’est pas excellent, mes invités lêchent le plat, mais que ça ne demande pas trop de travail et ça impressionne (l’effet risotto).

Pour des raisons pratiques j’ai détaillé les 2 recettes de ce plat séparément. Je dirais qu’il faut mettre en route le poulet un fois que qu’on a mouillé le riz (c’est quand on met le vin blanc), mais bon, ça peut mijoter tranquille aussi.

Le poulet :

 

– 4 blanc de poulet (alors on peut les laisser entier, c’est plus joli mais par contre c’est plus long à cuire et ça risque de sécher. En cubes c’est mieux du coup, à vous de voir)
– 20 cl de crème fraiche
– 20 cl de vin blanc sec
– De l’estragon, frais de préférence (une grosse poignée) et sinon sec (un peu moins)
– 1 cuillère à soupe de moutarde en grains
– Sel, poivre

C’est très simple.

Faites revenir le poulet dans une poêle. Il n’a pas besoin d’être complètement cuit comme on fait mijoter un peu. Une fois que c’est fait, sortez le poulet et réservez (mettre de côté au chaud).
Dans la même poêle et sans la laver, mettez le feu fort et verser le vin. L’acidité du vin va décoller les sucs de cuisson et laisser le bouillir un peu pour qu’il réduise. Pendant ce temps là buvez un coup.
Un fois que ça a un peu réduit, baissez le feu et ajoutez la crème fraiche. Vous pouvez ajouter la moutarde par la même occasion. Mélangez bien et laisser sur feu doux une minute (le temps de vous resservir un verre). Ensuite ajoutez l’estragon (en terme de quantité c’est à vous de voir). Goutez, salez, poivrez et ajustez à votre goût et remettez le poulet.
Là vous pouvez laisser ça sur le feu, surtout si le poulet doit terminer de cuire, jusqu’à ce que le risotto soit prêt.

Risotto au champignons :
(en gros je fais mes risotto avec ce que je trouve et j’essaye d’acheter localement, donc j’ai préféré les champignons belges aux asperges péruviennes, mais bon, au printemps…)

 

– 250g de riz arborio (j’en fais toujours plus qu’il ne faudrait, oui j’aime avoir des restes pour le lendemain)
– 500g de champignons (j’ai pris des champignons brun chataignes, ça marchait bien)
– 2 oignons
– 1L de bouillon
– 20cl de vin blanc sec
– un gros morceau de beurre

Coupez les champignons en tranche et faites les revenir dans un peu de beurre.
Ciselez (en petits morceaux) les oignons finement.
Prenez une jolie casserole, faites votre le beurre et ajoutez les oignons. Faites les fondre dans le beurre. Ensuite ajoutez le riz, il faut qu’il devienne translucide et ensuite ajoutez le vin blanc.
Donc le risotto c’est pas très compliqué mais il faut prendre le temps. Il ne faut jamais que ça bouille et remuer régulièrement pour éviter que ça colle.
Une fois le vin absorbé, il suffit que rajouter du bouillon au fur et à mesure et laisser le riz l’absorber.
Une fois qu’il vous reste 1 ou 2 louches de bouillon, vous pouvez y mélanger les champignons et terminer la cuisson, ajoutez un peu de poivre. Faite attention à ne pas trop le cuire, un risotto ça doit être crémeux et coulant, pas compact.

 

Et voilà !

(oui j’ai des problèmes de lumière dans ma cuisine)

J’espère que ça va vous plaira et n’hésitez pas à me donner vos suggestions !

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Accompagnement, Plat, Viande, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.